.








 
 . .

 | 
 

 Le dialecte Djidjelien - Ses particularits

   
S3M40Pr0
:: ::
::   ::
avatar

: 61
: 06/11/2007

: Le dialecte Djidjelien - Ses particularits    2 2010 - 3:52






Le dialecte Djidjelien - Ses particularits -

Cher(e)s internautes, je vous soumets ce deuxime article qui traite des particularits linguistiques du dialecte Djidjelien par rapport tous les autres dialectes algriens. Cette particularit est la consquence dun brassage entre les langues berbre millnaire, arabe des citadins pr-hillalien (VIIe et VIIIe sicle), Italienne (Gnoise et Pisane), Espagnole, Turque et plus rcemment Franaise.

Texte propos et adapt par Noufi

1- Prononciation
Le dialecte djidjelien possde une certaine phontique (accent) qui lui est propre, qu'on ne peut malheureusement transmettre ici par crit. Il possde aussi une prononciation altre de certaines consonnes de l'arabe algrien et en voici les principaux exemples:
- le dhal (ﺫ) est prononc dal (ﺩ), exemple : dib : loup.
- le dhad (ﺽ) est prononc Ta (ﻃ), exemple : mrit : malade.
- le tha (ﺙ) est prononc tsa (ﺗﺲ), exemple : tsum : ail.
- le ta (ﺕ) est prononc tsa (ﺗﺲ) exemple: tsmer : dattes.
- le Dha (ﻈ) est prononc Ta (ﻃ), exemple : nwater : lunettes.
- le V issu des mots franais est transform en B, exemple : serbita : serviette.
- le qaf (ﻕ) est prononc kaf (ﻙ).
- le kaf (ﻙ) est trs accentu (diffrent du kaf tel qu'il est prononc dans d'autres rgions) et par endroits prononc tcha.
- le L est limin lorsqu'il prcde un B et ce B est renforc, exemples : chien se dit kebb et non kelb , cur se dit qebb , la porte c'est ebbab et non el bab , la mer c'est ebbhar , etc.
- le L est galement limin lorsqu'il prcde un M, et ce M est renforc, exemples : l'eau se dit emma et non el ma, la mort se dit emmout, la femme c'est emmra, etc.
- enfin, le L est aussi limin lorsqu'il prcde un Q et ce Q se ddouble, comme pour les cas prcdents, exemples : la bouteille se dit eqqerεa au lieu de el qerεa, le cur c'est eqqebb.Etc.
S'agissant des voyelles, certaines sont souvent modifies, comme le son "ou" qui est limin dans beaucoup de mots, exemples: "pain" se dit "khebz" et non "khoubz" , "logement" se dit "sekna" au lieu de "soukna"..., et les terminaisons possessives "koum" et "houm" sont toujours prononces "kem" et "hem", exemples: "leur maison" se dit "darhem" et non "darhoum" , "votre pays" se dit "bladkem" , "o tes vous?" : fayen rakem? , etc.

2- Mots interrogatifs
Mais ce qui est typiquement spcifique Jijel, ce sont les mots interrogatifs. On ne les retrouve pas dans cette forme dans les autres dialectes semblables ni Tlemcen ni au Maroc et mme pas aux environnants proches de Jijel, en voici la liste complte:
Diyyech? Quoi?
Dechdi? Qu'est ce que?
Kifech? / kich? Comment?
Dama? Quel? / Quelle?
Dama hua? / dama hia? Lequel? / Laquelle?
Qeddech? Combien?
Fayweq? Quand?
Ɛliyyech? Pourquoi?
Menhu? Qui?
Fayen? O? ( quel endroit?)
Layen? O? (dans quelle direction?)

3- Conjugaison des verbes et modaux
La conjugaison dans ce dialecte se distingue de la conjugaison dans le reste de l'arabe algrien par deux caractristiques principales: la confusion des genres (masculin et fminin) la deuxime personne du singulier et l'usage de modaux devant les verbes au prsent.
Traditionnellement Jijel on dit "nta" pour un homme ou une femme et on s'adresse aux deux sexes au masculin. Et mme si certains disent maintenant "nti" pour une femme, la conjugaison quand elle, reste au masculin, exemples: nti jit (tu es venue), nti klit, nti khdemt.., nti ku techri (tu achtes), nti ku tetmeskher, nti kul (manges!), nti eqra (lis) ... etc.
L'autre caractristique importante de ce dialecte est bien sr l'usage d'un modal devant les verbes au prsent, ce modal est diffrent selon le pronom personnel, il prend la forme de Ku (prononcer Kou) la premire et la deuxime personne du singulier et du pluriel et la forme Ka la troisime personne du singulier et du pluriel.
Illustration avec le verbe "manger":
Ana ku nakel, Hna ku naklu
Nta ku takel, Ntuma ku taklu
Hua ka yakel, Huma ka yaklu
Hia ka takel

Enfin, le verbe tre dans sa conjugaison simplifie n'a pas la mme forme que dans l'arabe algrien le plus rpandu qui est de la forme : ani, ak, aki, aw, ay, ana, akum, am), en djidjelien il est encore plus simplifi puisqu'il prend la forme "aw" toutes les personnes sauf pour hia et huma.
Illustration avec l'adjectif "grand":
Ana aw kbir, Hna aw kbar
Anta aw kbir, Ntuma aw kbar
Nti aw kbira, Huma am kbar
Hua aw kbir
Hia ay kbira

4- Adjectifs base verbale
Le adjectifs, contrairement aux verbes, sont toujours fminins pour les femmes et masculins pour les hommes, comme dans le reste de l'arabe algrien, ainsi pour une femme on dit "nti mliḥa" ou "nta mliḥa" et pour un homme on dit "nta mliḥ"; de mme pour les adjectifs qui ont une base verbale (bass sur un verbe) et qu'il ne faut pas confondre avec des verbes, la rgle de conjugaison du fminin en masculin la deuxime personne du singulier ne s'applique donc pas eux, exemples: nti rayḥa , nti kheddama , nti jayya , ..Etc.

5- Particules ḥa , d et di
La particule " ḥa " (ﺣﺎ) signifie un ou une, elle est issue du mot arabe waḥed qui signifie le nombre un, elle est utilise dans le dialecte djidjelien et dans d'autres dialectes prhilaliens comme le tlemcenien, et le plus souvent le "a" n'est pas prononc pour faire la liaison, exemples: ḥ'errajel : un homme , ḥ'emmra : une femme , ḥ'el khedma : un travail, ..etc.
- La particule "d" signifie "c'est" ou "ce sont", elle sert introduire une personne ou un objet, elle est issue du Berbre Kabyle o elle est prononce "dh" (ﺫ) mais avec la prononciation djidjelienne c'est devenu un "d" (ﺩ), exemples: aw d ana : c'est moi, aw d Hakim : c'est Hakim, ay d ḥ'ebblad : c'est un pays, etc.
- La particule "di" signifie "de", elle exprime la proprit, elle est probablement un diminutif de "dial", prposition qui exprime la proprit dans la plupart des dialectes prhilaliens et les anciens dialectes citadins; Jijel "dial" n'est utilis que pour dire "le mien" "le tien".etc. (diali, dialek, dialhem..etc) pour le reste c'est "di" qui est utilis. Exemples: eddar di baba : la maison de mon pre, ettriq di Bjayya : la route de Bjaia ..., une deuxime hypothse donne ce "di" une origine italienne, puisque la rgion a longtemps t sous l'influence des rpubliques maritimes italiennes (Pise et Gnes).

6- Quelques exemples de mots berbres
Akayess, Assalal, Afoulez, Azremtiwen, Addis, AchaƐchouƐ, Agheryan, Aghenja, yedhem, herres, tabsi, Ɛssas, chlaghem, charef, fertas, guezzana, guerbi, hallouf, machhah, Ɛkaaz, hetref, kelleh, Ɛggoun, bekkouch, hawss, neguezz, berra, boufekrne, bellarj

7- Des mots dorigine italienne :
- Etjarnite : Giornatta journe, qui veut dire le travail journalier
- Ezzabla : la sbaglia ou faute
- Ekmedja : Camigia ou chemise
- Le prfixe Di comme la casa DE mi padre ou Eddar Di baba (maison de mon pre)
- Esskala : la scala ou escale/port

8- Des mots dorigine espagnole :
- Bhouhou : El buha (le u se prononce ou en espagnol), le hibou
- Babaghayou : la pagayo ou le perroquet

9- Des mots dorigine turque :
- El lamba : lamba ou la lampe
- Bachmak : pasmak (le s se prononce Ch ) ou les claquettes

    
 
Le dialecte Djidjelien - Ses particularits
    
1 1

:
 :: ** ** ::  -